Forum des étudiants en médecine dentaire
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment garder ses dents malgré l'avance en âge ?

Aller en bas 
AuteurMessage
sanaa

sanaa

Messages : 93
Localisation : alger
Classe : 4ème année, Médecine Dentaire
Inscrit le : 22/03/2009

MessageSujet: Comment garder ses dents malgré l'avance en âge ?   Lun 14 Sep 2009 - 19:04

Du calcium, de la vitamine D…

Depuis le début des années 90, un certain nombre d’études prospectives menées sur un grand nombre de sujets -notamment l’étude lyonnaise de Meunier et col- ont montré qu’il était possible de prévenir les conséquences de l’ostéoporose sur le squelette (fractures du col du fémur, tassements vertébraux et fractures du poignet) par la seule supplémentation en calcium et en vitamine D. Malheureusement, aucune étude prospective n’avait cherché à savoir si la même supplémentation aurait les mêmes effets préventifs sur la perte des dents chez les sujets âgés. C’est maintenant chose faite grâce aux derniers travaux de la papesse du calcium, le Dr Dawson-Hugues qui, depuis plus de 20 ans, est l’auteur des meilleures études sur l’effet du calcium (alimentaire ou sous forme de supplément) sur la santé osseuse des personnes âgées.

On se doutait bien que le calcium pourrait avoir un effet sur la santé dentaire, surtout depuis la publication par Nishida de l’analyse des données recueillies chez plus de 12.000 sujets de la fameuse étude américaine NHANES (toujours en cours). Les sujets n’étaient pas très vieux, mais quand même, les résultats étaient prometteurs : deux fois plus de parodontites, chez les hommes comme chez les femmes, quand les sujets consommaient moins de 800 mg de calcium par jour (pour mémoire, les Français consomment en moyenne 800 mg de calcium alors que les recommandations internationales sont de 1.000 mg chez l’adulte et de 1.200 mg chez la personne âgée : l’équivalent d’un litre de lait par jour). Mais l’observation statistique n’est pas une preuve de causalité. Ce qui manquait, c’était une étude prospective bien faite : la voilà !

Les chercheurs américains de la Tufts University à Boston ont pris 145 sujets de plus de 65 ans, les ont répartis en deux groupes (le premier supplémenté par 500 mg de calcium-élément et 700 UI de cholécalciférol –vitamine D3-, le second sous placebo) et les ont suivis à intervalles réguliers pendant les trois années qu’a duré l’étude de supplémentation, et encore deux ans après (les sujets ne recevaient ni supplément ni placebo). Bien entendu, pour éviter tout biais, les chercheurs ont mesuré les apports alimentaires de calcium tous les 6 mois (imaginez que les sujets sous placebo se soient mis à se gorger de fromage ou de yaourt : les chercheurs n’auraient évidemment pu tirer aucune conclusion de l’étude).

Il faut souligner que la compliance était particulièrement bonne : 93 % des sujets du groupe supplémenté et 92 % des sujets – témoins ont suivi les consignes à la lettre : les Américains ne sont pas des Latins ou des Méditérranéens….

Bien sûr, les résultats ont été pondérés pour tenir compte des possibles facteurs de confusion : âge, sexe, tabagisme, niveau d’éducation et diabète. Toutes ces précautions ne sont pas inutiles quand on veut affirmer un rapport de cause à effet.

Les résultats sont spectaculaires : réduction de 60 % de la perte de dents chez les sujets supplémentés pendant l’étude d’intervention. Et quand pendant l’étude de suivi supplémentaire, les sujets faisaient comme bon leur semblait -ils prenaient ou non des suppléments alimentaires contenant du calcium – on retrouvait encore un net bénéfice chez les plus gros consommateurs de calcium : réduction de 50 % du risque.

Il est à noter que pendant cette période de suivi de deux ans, les effets préventifs observés n’avaient rien à voir avec le supplément vitamino-calcique donné pendant l’étude d’intervention. Comme il n’y a pas d’effet résiduel, le Dr Dawson-Hugues en tire la conclusion que si l’on veut avoir un effet durable, la supplémentation doit être permanente.

Comme toujours, cette étude devrait être confirmée par d’autres avant d’affirmer de façon définitive le rôle préventif de la supplémentation sur la perte des dents au troisième âge, mais est-il bien nécessaire d’attendre encore des années avant de conseiller à nos patients de couvrir correctement leurs apports calciques par une alimentation riche en produits laitiers et, pourquoi pas, de commencer à prescrire une supplémentation dont on sait, par ailleurs, qu’elle constitue une prévention efficace de l’ostéoporose (pour information, il existe sur le marché français, une préparation pharmaceutique sous forme de comprimé à sucer qui associe 500 mg de calcium-élément à 400 UI de vitamine D3 : OROCAL D3, Laboratoire Théramex)


Am J Med. 2001;111 : 452-456


...et des oestrogènes (pour les femmes) ?

Quant à l’effet préventif sur la chute des dents des oestrogènes prescrits à la ménopause (traitement hormonal de substitution), il reste aujourd’hui purement hypothétique. Dans la dernière livraison des Archives of Internal Medicine (juillet 2002), des chercheurs de la Washington University de Saint Louis (Etats-Unis) rapportent qu’ils ont suivi 135 femmes dont la moitié recevait calcium et vitamine D et l’autre moitié une oestrogénothérapie associée à la supplémentation vitamino-calcique. Dans le premier groupe, la densité de l’os alvéolaire a augmenté de 1 %. Si l’on rajoute les oestrogènes, l’augmentation atteint les 1,8 %. Cela pourrait-il retarder la chute des dents ? Théoriquement oui, mais l’histoire ne le dit pas.

Une fois encore, la consultation au cabinet du praticien est sans doute la bonne occasion de rappeler les règles élémentaires de l’hygiène bucco-dentaire et l’intérêt d’une bonne alimentation (voire d’une supplémentation) et conseiller aux femmes ménopausées de discuter avec leur médecin de l’opportunité d’un traitement hormonal de substitution. Ce serait faire œuvre utile quand on sait qu’en France, seules deux femmes sur 10 sont traitées alors que les effets bénéfiques des oestrogènes sur le cœur et le squelette (y compris l’os alvéolaire maxillaire ) sont reconnus par la totalité de la communauté scientifique mondiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sihem

sihem

Messages : 77
Localisation : au paradis
Classe : 6ème année, Médecine Dentaire
Inscrit le : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Comment garder ses dents malgré l'avance en âge ?   Lun 14 Sep 2009 - 19:59

merci sanaa,cé trés important
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sanaa

sanaa

Messages : 93
Localisation : alger
Classe : 4ème année, Médecine Dentaire
Inscrit le : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Comment garder ses dents malgré l'avance en âge ?   Mar 15 Sep 2009 - 20:23

De rien eek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment garder ses dents malgré l'avance en âge ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment garder ses dents malgré l'avance en âge ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dents : 8 moyens naturels de prévenir les caries
» dur de garder la foi lorsque l'ont ne vois pas de changements
» garder son portable allumé en cours ?
» le Seitan
» En bonne santé jusqu'à 100 ans : quel est le secret ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caradent.net :: Forum de la Médecine Dentaire :: Parodontologie-
Sauter vers: