Forum des étudiants en médecine dentaire
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un pas de plus vers un traité mondial sur le mercure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rosalio

avatar

Messages : 527
Localisation : univirta
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 25/06/2009

MessageSujet: Un pas de plus vers un traité mondial sur le mercure   Lun 28 Fév 2011 - 20:13

La réalisation d'un traité mondial sur le mercure prend de l'ampleur suite à une réunion de plus de 120 Etats au Japon. Les gouvernements mondiaux se sont réunis fin janvier 2011, dans la ville de Chiba, en vue de poursuivre les négociations sur la création d'un traité mondial sur le mercure et ainsi aider à réduire les sources de pollution que crée ce produit chimique. La réunion du Comité de négociation intergouvernemental (CNI), dont la branche " Produits chimiques " du PNUE assure le secrétariat, a été la deuxième d'une série de cinq réunions qui devraient aboutir à une législation sur le mercure juridiquement contraignante d'ici 2013.
Bien que les délégués aient mis l'accent sur le futur, les négociations ont débuté sur des réflexions concernant un événement tragique du passé : les victimes de la maladie de Minamata. Cette maladie fut causée par les rejets industriels soutenus de produits contenant du mercure dans la baie de Minamata, au Japon, entre les années 1930 et 1960. Les malades se sont adressés aux participants de la conférence, appelant ceux-ci à progresser vers l'achèvement d'un traité mondial en la matière. Environ 3 000 personnes souffrent encore de la maladie de Minamata, dont les effets comprennent des difformités physiques et des maladies mentales.

Aujourd'hui, la présence de mercure dans l'environnement reste une préoccupation mondiale pour les raisons suivantes : sa volatilité et son transport sur de longues distances dans l'atmosphère via les courants atmosphériques, sa persistance dans l'environnement et sa capacité à contaminer les écosystèmes et les chaînes alimentaires.

L'exposition au mercure a un effet négatif sur la santé humaine, elle entraine notamment des dommages permanents au système nerveux. Les femmes et les enfants y sont particulièrement vulnérables car la contamination au mercure peut se transmettre d'une mère à son enfant lors de la grossesse.

A Chiba, les délégués ont exprimé leur accord sur la nécessité de réduire les risques de contamination au mercure sur la santé humaine et sur l'environnement, afin que des événements comme ceux qui se sont déroulés dans la baie de Minamata, au Japon, ne se reproduisent pas.

Une des questions principale en jeu dans les négociations vers ce nouveau traité mondial est la manière de traiter les principales émissions de mercure provenant de l'industrie, en particulier celles provenant de la combustion du charbon pour la production d'électricité. Un autre problème est celui de l'élimination progressive de l'utilisation du mercure dans une variété de produits tels que les dispositifs médicaux. Enfin, à petite échelle, il faudrait encourager les chercheurs d'or locaux à mettre fin à l'utilisation de mercure pour filtrer leur or, de même qu'il faudrait gérer les déchets de mercure et les sites contaminés. Lors de la réunion de Chiba, les parties ont convenu que l'exploitation minière primaire de mercure représente une des sources les moins souhaitables de mercure, et qu'il fallait absolument agir pour éliminer ces sources.

De nombreuses délégations ont aussi souligné la nécessité de continuer à autoriser l'utilisation exceptionnelle de mercure dans la fabrication de certains produits et au cours de certains processus. Le futur traité devra nécessairement distinguer les déchets contenant du mercure, des «marchandises» contenant du mercure. En effet, le processus d'élimination du mercure est particulièrement difficile. En tant qu'élément chimique, le mercure ne peut pas être détruit. Il peut uniquement être entreposé, soit sous sa forme régulière ou soit sous une forme inerte, moins dangereuse grâce à un processus de stabilisation (par exemple en faisant réagir le mercure avec du soufre). Les pays en développement ont bien vite constaté la complexité et les coûts de la plupart des techniques de stockage. L'exportation de mercure pour un stockage écologiquement rationnel a été jugé importante pour certaines régions, notamment pour les petits États insulaires.

Enfin notons que la combustion du charbon est la principale source des émissions de mercure dans l'air. Les Etats dépendants d'électricité produite à partir de charbon ont fait savoir, au cours des négociations, de l'importance de contrôler les émissions tout en ne limitant pas leur développement économique. Ces pays ont par ailleurs indiqué leur réticence à tenir compte des objectifs contraignants de réduction du mercure. Toutefois, certains de ces même ont également attiré l'attention sur l'existence et la poursuite d'efforts importants en matière de réduction d'émissions d'une vaste gamme de polluants atmosphériques, dont le mercure.

Les négociations de Chiba se basent sur un document préparé par le Secrétariat, qui énumère une série d'éléments susceptibles d'être nécessaires dans la création d'un futur traité. Après avoir discuté de tous ces éléments, le comité mandaté par le PNUE devra élaborer un projet de texte contenant une approche globale, appropriée et mesurée sur la problématique du mercure. Ce projet de texte sera examiné lors de la troisième session des négociations qui se tiendra en Afrique, en octobre 2011. Ce projet de texte devra être basé sur les éléments du projet discutés à Chiba et devra refléter les vues exprimées lors des négociations. Les Parties devront soumettre le texte par écrit au Secrétariat, et ce avant le 25 mars 2011.

Auteur
Programme des Nations Unies pour l'Environnement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rosalio

avatar

Messages : 527
Localisation : univirta
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 25/06/2009

MessageSujet: L'Europe est à la recherche d'interdire l'amalgame dentaire?   Sam 5 Mar 2011 - 19:31

L'Europe est à la recherche d'interdire l'amalgame dentaire?

14 février 2011 - De nouveaux défis à l'utilisation de l'amalgame dentaire en Europe peuvent survenir après la publication le mois prochain d'un rapport de la Commission européenne de nouvelles qui est prévu de recommander l'élimination progressive de l'amalgame. Certains pays avancent déjà dans cette direction.


À l'heure actuelle, la CE position est que les amalgames dentaires et de divers matériaux de remplacement sont considérées comme efficaces et sûrs à utiliser, basée sur une évaluation de 2008 par les comités scientifiques des risques sanitaires émergents et nouveaux risques sanitaires (CSRSEN) et le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (SCHER).
Mais dans un avant- rapport publié en ligne en Juillet, Bio Intelligence Service (Biois) - la santé et cabinet de conseil français de l'environnement chargé de produire le rapport de la CE à paraître en Mars - a recommandé la suppression progressive amalgames dentaires au mercure des restaurations dans toute l'Europe.
"Il n'ya pas de projet visant à interdire les amalgames dentaires à ce jour."
- Julie Aurnaud, européenne agent de presse de la Commission "La Commission adoptera une position sur les amalgames dentaires une fois que les résultats sont analysés."
Actuellement dans l'UE, le Danemark et la Suède ont interdit l'amalgame dentaire au total, et de l'Allemagne et la Norvège ont limité son utilisation. Le Royaume-Uni et la France ont fait non plus, bien que la CE pourrait changer nouveau rapport de position de la France sur le matériau de restauration, car il est déjà mal perçue par de nombreux là-bas, selon un récent article dans le Guardian .
"La France les 40.000 dentistes utilisent de moins en moins pour deux raisons: Le bruit sur le mercure a faites preuve de prudence, mais aussi pour des raisons esthétiques», Michel Goldberg, porte-parole de l'Association Dentaire Française, a déclaré le Guardian .
phase Mercury bas La CE a travaillé pour réduire l'exposition au mercure pour les êtres humains depuis la fin de 2005 une évaluation d'impact approfondie par le CE de la Direction générale Environnement de la Commission des services. Ce rapport contenait un plan en 20 points pour limiter les émissions, réduction de l'offre et la demande, protéger les gens contre l'exposition, l'élaboration d'une meilleure compréhension des problèmes du mercure pose, et de promouvoir une action internationale.
Des informations plus récentes sur l'appel soit pour une plus grande utilisation de séparateurs d'amalgames et de davantage de recherches sur l'impact de l'amalgame sur la santé. Biois "rapport préliminaire ne reconnaissent CSRSEN / CSRSE l 'avis que l'amalgame est sûr. Toutefois, Biois propose également une interdiction comme un potentiel d'action et suggère que les conclusions du SCENIHR / rapport CSRSE pourraient être revus et réévalués afin de soutenir une telle interdiction. Elle note également l'importance de prendre en compte les lacunes mises en évidence dans l'évaluation de 2008.
Dans son rapport préliminaire, Biois pesé l'impact potentiel d'une loi interdisant les amalgames dentaires sur les prestataires et les patients, y compris les coûts, la durée de vie des matériaux de restauration alternatifs, et les préoccupations environnementales. En fin de compte, il voit la prévention des caries comme une stratégie clé pour l'avenir.
Biois également fait référence à un Décembre 2008 EC étude , options visant à réduire l'utilisation du mercure dans les produits et applications, et le devenir du mercure déjà en circulation dans la société, menée par de conseil dans l'ingénierie, sciences de l'environnement et l'économie (COWI). Selon Biois, COWI conclu qu'il n'y avait "base solide pour conclure que l'amalgame dentaire ... Il faudrait envisager sérieusement de nouvelles restrictions."
Biois estime également que l'évolution des lignes directrices pour l'exportation de mercure élémentaire doit être envisagée. L'UE est le premier exportateur mondial de mercure, et même si l'interdiction à l'exportation commence le 15 Mars 2011, une exception pour l'usage médical existe pour l'amalgame. Il est à craindre que, dans certains pays, il est acheté sous le couvert de la médecine et détournée à l'exploitation minière à petite échelle, Biois noté. Extension de l'interdiction de l'utilisation médicale est proposée en option, a conclu l'organisation.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un pas de plus vers un traité mondial sur le mercure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ebay fait un petit pas de plus vers le système mondial
» un pas de plus vers une religion mondiale
» Nouvel Ordre Mondial pour quoi ? Pour qui ? Des livres censurés à télécharger !
» La Finalisation du Nouvel Ordre Mondial - Vers la Nouvelle Religion Mondiale !
» Le Pape François nous conduit vers la Nouvelle Religion Mondiale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caradent.net :: Forum Général :: Actualité-
Sauter vers: