Forum des étudiants en médecine dentaire
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prophylaxie de l’endocardite infectieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rosalio

avatar

Messages : 527
Localisation : univirta
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 25/06/2009

MessageSujet: Prophylaxie de l’endocardite infectieuse   Dim 2 Jan 2011 - 20:35

Révision de la conférence de consensus de mars 1992 recommandations 2002

I__Introduction : L’endocardite infectieuse (EI) est une maladie rare mais grave dont l’incidence semble stable au cours des dernières décennies. Les streptocoques en sont les agents infectieux les plus souvent responsables. L’incidence de l’endocardite infectieuse est estimée à partir d’enquêtes transversales épidémiologiques ; elle se situerait en France aux environs de 25 à 30 cas par million d’habitants et par an (environ 1500 cas annuels). Le profil des patients atteints d'endocardite infectieuse évolue : proportion croissante de sujets âgés, diminution des endocardites à streptocoques oraux. Actuellement, la chirurgie valvulaire est réalisée dans environ un cas sur deux pour traiter l’endocardite. La mortalité de l'endocardite reste malgré cela élevée, entre 15 % et 25 %.
Depuis 1992, date à laquelle s’est tenue la conférence française de consensus sur la prophylaxie de l’endocardite infectieuse, de nouvelles données ont été publiées, nécessitant une mise à jour de ses conclusions. Ces nouvelles données font apparaître les points suivants :
• l'endocardite reste une maladie grave
• les bactériémies à risque d’induire une endocardite infectieuse sont probablement plus le fait d’un passage quotidien des bactéries de la cavité buccale dans le sang que de gestes buccodentaires occasionnels
• il n’existe pas de preuve scientifique de l’efficacité ou de l’inefficacité de l’antibioprophylaxie
• en France, l'antibioprophylaxie n'est actuellement pratiquée, avant des gestes buccodentaires chez des valvulaires à risque, que dans moins d’un cas sur deux
• l'utilisation large de l'antibioprophylaxie, à supposer que celle-ci soit totalement efficace, n'éviterait qu'un nombre très faible d'endocardites en France.
• on constate en France une augmentation préoccupante du nombre de bactéries de moindre sensibilité aux antibiotiques.

En conséquence, le groupe de travail suggère :
- de maintenir le principe de l’antibioprophylaxie lors de la réalisation de gestes à risque chez des patients ayant une cardiopathie à risque, mais
- d’en réduire les indications aux situations où le rapport bénéfice individuel / risque individuel et collectif est le plus élevé.
Les recommandations du groupe de travail ne se substituent pas à l’appréciation, par le praticien, du risque individuel d'un sujet donné.


II__ Recommandation 1 : définition des groupes à risque

Deux groupes de patients doivent être distingués : Groupe A, dit "à haut risque", où l'incidence et la morbi-mortalité de l'endocardite infectieuse sont élevées et Groupe B, où le risque est moins élevé (incidence et gravité moindres).
1_____ Groupe A ::

Prothèses valvulaires (mécaniques, homogreffes ou bioprothèses)

Cardiopathies congénitales cyanogènes non opérées et dérivations chirurgicales (pulmonaire-systémique)

Antécédents d'endocardite infectieuse
2______Groupe B : :

Valvulopathies : IA ( insuffisance aortique), IM(insuffisance mitrale), RA(rétrécissement aortique)

PVM(prolapsus de la valve mitrale )avec IM et/ou épaississement valvulaire

Bicuspidie aortique

Cardiopathies congénitales non cyanogènes sauf CIA(communication inter-auriculaire (cardiopathie non à risque))

Cardiomyopathie hypertrophique obstructive (avec souffle à l’auscultation)

En dehors des groupes A et B, il y a des situations cardiaques où il n’existe pas de risque majoré de survenue d’endocardite infectieuse par rapport à la population générale. Il faut citer, entre autres les situations suivantes : communication inter-auriculaire, pace-makers (le risque d'endocardite est essentiellement lié à la pose du stimulateur qui nécessite le recours à une antibioprophylaxie), angioplastie coronaire avec ou sans mise en place d’endoprothèse, cardiomyopathie dilatée sans insuffisance mitrale significative, rétrécissement mitral pur, régurgitation valvulaire minime uniquement détectée en échographie doppler.


III__Recommandation 2 : importance des mesures d'hygiène

Les mesures générales d’hygiène sont prioritaires. Elles visent à réduire le risque de survenue de bactériémies, quelle qu’en soit l'origine, en particulier pour les bactériémies impliquant des bactéries à tropisme cardiaque. Elles comportent la prévention et la lutte contre tous les foyers infectieux de l’organisme : hygiène buccodentaire et cutanée rigoureuse et continue pour éviter toute rupture des barrières cutanéo-muqueuses, désinfection des plaies, antibiothérapie curative de tout foyer infectieux, suivi rigoureux des mesures d’asepsie lors de la réalisation de manœuvres à risque infectieux, éradication ou diminution de la densité bactérienne en cas de portage chronique cutané (dialysé rénal …), urinaire … dans la mesure du possible. Une surveillance systématique de l’état buccodentaire doit être effectuée au minimum deux fois par an chez les patients ayant une cardiopathie .
Tout geste entraînant une effraction des muqueuses et/ou de la peau doit être évité. Ainsi, la pratique du piercing est formellement déconseillée chez les patients ayant une cardiopathie à risque. L’acupuncture ne doit être réalisée qu’en connaissant le risque possible de survenue d’endocardite infectieuse et en effectuant une surveillance clinique appropriée après le geste. L’utilisation de cathéters de perfusion doit être limitée aux situations où elle est indispensable, en particulier chez les sujets à risque. En cas de nécessité, elle doit se faire conformément à des procédures qui recommandent un remplacement systématique du cathéter périphérique tous les trois à quatre jours, l’utilisation préférentielle des cathéters périphériques au détriment des cathéters centraux, et une surveillance rigoureuse de la survenue de signes d’inflammation au point de perfusion

IV___Recommandation 3 : gestes bucco-dentaires

Chez les patients des groupes A et B, l’utilisation d’antiseptiques locaux à base de chlorhexidine sous forme d’un bain de bouche de 30 secondes qui précède le geste dentaire, et la pratique des soins bucco-dentaires en un minimum de séances sont recommandés. Si les soins nécessitent plusieurs séances, ils doivent être si possible espacés d’au moins 10 jours, si le praticien a recours à une antibioprophylaxie.

• chez les patients du groupe A, L’utilisation de l’antibioprophylaxie selon les modalités définies ci-après est recommandée pour les actes bucco-dentaires invasifs non contre indiqués.

Certains gestes sont contre-indiqués ou formellement déconseillés :prothèses sur dents à dépulper, pose d'implants et chirurgie parodontale.

Les pulpopathies, les parodontopathies et les traumatismes nécessitent l’extraction.
Les soins endodontiques chez les patients du groupe A doivent être exceptionnels. Ils ne peuvent être réalisés qu’après vérification de la vitalité de la dent par les tests adéquats, sous digue, en une seule séance, en étant sûr que la totalité de la lumière canalaire soit accessible. Ce traitement doit donc être réservé aux dents monoradiculées, et à la rigueur à la première prémolaire si les deux canaux sont accessibles.
La séparation des racines est un acte à éviter autant que possible et n’est autorisé qu’en l’absence de toute atteinte parodontale.

Chez les patients du Groupe B, L'antibioprophylaxie est optionnelle.

Le choix de sa réalisation est laissé au jugement des cliniciens en charge du patient, en tenant compte en particulier de la nature de l’acte réalisé et de l’état du patient.

Quel que soit le choix retenu, il doit s’accompagner d’une information préalable du patient et de son adhésion à la stratégie proposée. Il doit figurer sur un carnet de suivi remis à chaque patient. Ce dernier doit en effet savoir qu’en cas de fièvre ou de symptômes, en particulier dans le mois suivant le geste dentaire, il doit consulter un médecin le plus rapidement possible et avant toute prise médicamenteuse, et l’informer de la réalisation du geste dentaire afin que les hémocultures puissent être réalisées le cas échéant avant toute antibiothérapie. Il s’agit là d’une démarche d’éducation du patient au même titre que les conseils d’hygiène générale et en particulier bucco dentaire qui lui sont prodigués.
Les traitements radiculaires peuvent être entrepris à trois conditions : 1_s’ils sont réalisés sous champ opératoire étanche (digue), 2__si la totalité de l’endodonte est aisément accessible, 3__et s’ils sont réalisés en une seule séance. __Si ces trois conditions ne sont pas remplies, l’extraction est recommandée. La pose d’implants, la chirurgie parodontale et certains autres gestes sont contre indiqués.
Pour les autres situations cardiaques, :L’antibioprophylaxie n’est pas recommandée.

En dehors de l’urgence, avant chirurgie valvulaire, 1_l’antibioprophylaxie est indiquée comme pour les patients du groupe A ; 2__un bilan d’imagerie dentaire complet doit être réalisé ;3__ seules sont conservées les dents pulpées ou présentant un traitement endodontique parfait, sans élargissement desmodontal, remontant à plus d’un an, et au parodonte sain.4__ Les dents dépulpées dont le traitement endodontique est incomplet, les dents présentant des lésions parodontales,5__ les racines et apex persistants sont extraits au moins 15 jours avant l’intervention cardiaque. En cas de chirurgie réalisée dans l’urgence, les soins bucco-dentaires sont réalisés dès que possible en fonction du contexte.

Facteurs orientant le choix dans les situations où l’antibioprophylaxie de l’endocardite infectieuse est optionnelle

Arguments en faveur de la prescription
Terrain
Age : age > 65 ans
Insuffisance cardiaque, rénale, respiratoire, hépatique
Diabète
Immuno-dépression acquise, constitutionnelle ou thérapeutique (corticoïdes, immunosuppresseurs…)
Etat buccodentaire
hygiène buccodentaire défectueuse notamment
Gestes
Saignement important (intensité, durée)
Geste techniquement difficile (durée prolongée de l’acte…)
Souhait du patient après information
Arguments en faveur de l’abstention : Allergie à de multiples antibiotiques
Souhait du patient après information

Cette recommandation concerne tout patient ayant une fièvre ou tout autre symptôme aigu, et une cardiopathie à risque ; elle est spécifiquement rappelée ici, pour attirer l’attention du patient et du médecin, au cas où il n’y aurait pas eu d’antibioprophylaxie avant un geste à risque.

V___Recommandation 5Modalités générales de l'antibioprophylaxie

D’une manière générale, l’antibioprophylaxie, quand elle se justifie, est débutée dans l’heure précédant le geste selon les modalités définies ci-après. La dose de 3 g d’amoxicilline, recommandée par la conférence de 1992, a été reconduite ; toutefois, elle peut être modulée en 2 g dans certaines circonstances, par exemple, poids inférieur à 60 kg ou intolérance préalable à la dose de 3 g. Cependant, si des difficultés faisant craindre la survenue d’un risque infectieux particulier surviennent au cours ou au décours immédiat de la réalisation d'un geste n'ayant pas été précédé d'une antibioprophylaxie (saignement abondant, procédures longues et difficiles…), il peut être indiqué de débuter une antibioprophylaxie, dès que possible dans l’heure qui suit le geste. Cette décision est laissée au jugement du praticien qui réalise le geste.

Les modalités de l’antibioprophylaxie ne s’appliquent pas aux cas où une antibiothérapie curative est indiquée

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
billa



Messages : 32
Localisation : tizi
Classe : 5ème année, Médecine Dentaire
Inscrit le : 12/10/2010

MessageSujet: Re: Prophylaxie de l’endocardite infectieuse   Dim 2 Jan 2011 - 21:17

merci bark ellaho fik eek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rosalio

avatar

Messages : 527
Localisation : univirta
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Prophylaxie de l’endocardite infectieuse   Mer 5 Jan 2011 - 20:24

Communiqué de l'ADF ,

Télécharger le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (pdf, 382 Ko)
ou le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien](pdf, 394 Ko), l'argumentaire et la liste des auteurs
(pdf 276Ko)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nada16



Messages : 45
Localisation : alger
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 05/10/2009

MessageSujet: Re: Prophylaxie de l’endocardite infectieuse   Jeu 6 Jan 2011 - 1:56

merciiiiiiiiiiiii rosalio..na3tik saha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prophylaxie de l’endocardite infectieuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prophylaxie de l’endocardite infectieuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Huile d'Origan / Anti-Infectieuse
» Pleurésie infectieuse
» Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)
» autres maladies: SEP et Parkinson
» Mononucléose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caradent.net :: Forum de la Médecine Dentaire :: Pathologie et Chirurgie buccale-
Sauter vers: