Forum des étudiants en médecine dentaire
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour fuir des conditions de travail difficiles : 230 praticiens optent pour l’exil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rosalio

avatar

Messages : 527
Localisation : univirta
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 25/06/2009

MessageSujet: Pour fuir des conditions de travail difficiles : 230 praticiens optent pour l’exil   Mar 30 Mar 2010 - 22:45

Pour fuir des conditions de travail difficiles : 230 praticiens optent pour l’exil

Au niveau de la chirurgie cardiaque du CHUO, plus de quatorze spécialistes ont déjà plié bagage. C’est par vagues successives que les praticiens de santé publique quittent leurs postes de travail pour d’autres cieux plus cléments. Ce constat est inexorablement corroboré par le départ massif de plus de 230 médecins qui ont préféré exercer leur talent ailleurs. L’hémorragie dans le secteur est perceptible au niveau de plusieurs centres sanitaires de proximité dans la wilaya d’Oran. Ainsi et en l’espace de deux ans, plus de 230 praticiens ont posé leur démission. « Si 80% des médecins démissionnaire ont choisi de s’expatrier, il n’en reste pas moins qu’une petite minorité seulement a opté, quant à elle, pour les cliniques privées qui offrent des conditions de travail alléchantes », affirme un médecin du CHUO.
Selon notre source, le taux national de départ des médecins est estimé à 10% sur un pourcentage local de l’ordre de 5% des structures sanitaires totalisant quelque 7000 médecins. Sur ce nombre, 3000 médecins exilés depuis plus de dix ans exercent à l’étranger dans l’illégalité. En France, nous apprenons que 60% des médecins étrangers employés dans les hôpitaux sont d’origine algérienne. Au niveau de la chirurgie cardiaque du CHUO, plus de quatorze spécialistes ont déjà plié bagages. « Les spécialités en anesthésie, urologie, pneumonie, cardiologie et endocrinologie constituent le point d’orgue de débauche des médecins algériens vers l’Hexagone », affirme pour sa part un syndicaliste. Il estime qu’il est plus aisé pour un médecin algérien de passer l’examen d’équivalence.

Cette condition habilite désormais le médecin algérien à prétendre à un poste de praticien hospitalier. En 2009, les autorités françaises ont officiellement autorisé 500.000 médecins étrangers à activer normalement au sein des hôpitaux publics, déclare-t-on.

Par Z. Saber

- El Watan - Algérie - 24/03/2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rosalio

avatar

Messages : 527
Localisation : univirta
Classe : Chirurgien Dentiste Généraliste
Inscrit le : 25/06/2009

MessageSujet: plus de 3000 medecins algeriens en France   Mar 7 Déc 2010 - 13:29

Plus de 3.000 médecins algériens sont «exploités» dans des hôpitaux français et exercent des métiers subalternes à cause de l'absence d'un accord de réciprocité entre les deux pays.

Intervenant en marge de la VIème rencontre nationale d'éthique et de déontologie médicales organisée à l'hôtel El-Aurassi, M. Gaceb expliquera que cette situation est due principalement à la législation française qui stipule dans ce cas de figure qu'en l'absence d'un accord, le médecin qui ne dispose pas de la nationalité française ne peut pas être inscrit à l'ordre des médecins français et du coup interdit d'exercer le métier dans l'hexagone. Nombre de ces médecins algériens qui sont partis à la recherche d'une vie meilleure et parmi eux d'éminents chirurgiens sont réduits, dira le vice-président du Conseil national de l'ordre des médecins, à travailler comme des «veilleurs de nuit» et dans les meilleurs des cas à exercer en qualité d'infirmiers alors qu'ils sont bardés de diplômes.

Parallèlement à cela, les médecins français quant à eux malgré l'absence de cet «accord de réciprocité» ne trouvent aucune peine pour venir et exercer en toute illégalité en Algérie.

certaines cliniques privées algériennes n'hésitent pas à faire appel le temps d'un week-end à des chirurgiens français pour pratiquer des interventions sans aucun suivi du malade après. M. Gaceb Mostepha interpelle les autorités algériennes à se pencher sérieusement sur ce «phénomène» et à appliquer la politique de réciprocité, d'autant plus que la législation algérienne de son côté précise clairement que le médecin qui n'est pas inscrit sur l'ordre des médecins algériens ne peut pas exercer et encore moins pratiquer des interventions chirurgicales en Algérie. «La réciprocité doit être de mise», a déclaré pour sa part le président du Conseil national de l'ordre des médecins, le Dr Bekkat Berkani Mohamed, lors d'une conférence de presse animée en marge du congrès en soulignant qu'il faut absolument protéger les intérêts de la médecine algérienne.

Selon le vice-président, chargé de la communication M. Gaceb, la circulaire N° 25 du 24/09/2007 du ministère de la Santé parle de l'organisation des cliniques privées et qui donne le droit au Conseil de l'ordre des médecins de moraliser la profession, et d'ajouter qu'il faut impérativement organiser des rencontres pour mettre en application la circulaire et mettre un terme à la présence illégale des chirurgiens étrangers qui, dit-il, prennent des devises et s'en vont sans aucune déclaration. M. Bekkat, pour sa part, plaide pour l'organisation d'assises nationales sur la santé afin de mettre en place une politique de santé pour les vingt prochaines années et cela, avec la participation de toutes les parties concernées, à savoir le ministère de la Santé, les syndicats et l'ensemble des praticiens.

La révision du code de déontologie, qui date de 1992 et dont des articles sont aujourd'hui dépassés, s'avère être une priorité, soutient M. Bekkat qui déplore le fait que 10 % des médecins algériens (Ils sont 36.000 à travers le pays), ne sont toujours pas inscrits au Conseil de l'ordre. La séparation des trois professions médicales (Médecine, chirurgie dentaire, pharmacie) doit constituer l'une des priorités du Conseil national de l'ordre des médecins, a indiqué M. Bekkat en soulignant qu'il faut « individualiser le code des médecins » par la mise en place d'un code spécifique au médecin.

La réforme du code d'éthique et de déontologie, soutient M. Bekkat, remettra sûrement de l'ordre dans la profession notamment le problème des malades qui sont « détournés » du secteur public vers le secteur privé.

«Le détournent de malades vers le secteur privé est intolérable » se cabre le président du Conseil national de l'ordre des médecins en soulignant qu'il est temps de prendre des décisions.

«L'espace public doit être en amont et les cliniques privées en aval », a déclaré M. Bekkat qui fera savoir qu'il existe assez de praticiens pour redorer son blason au secteur public qui a perdu, dit-il, la confiance des citoyens qui sont de plus en plus nombreux à s'adresser aux cliniques privées qui sont, poursuit-t-il, mieux équipées en matériels techniques.

Il faut noter que cette sixième rencontre nationale d'éthique et de déontologie médicales a vu la participation de plusieurs spécialistes algériens et étrangers notamment de Tunisie, de France et de Belgique. «L'histoire de la responsabilité médicale et son évolution à travers les siècles», «la responsabilité civile et pénale du médecin», «le secret médical », «la médecine parallèle», «le tarif de référence du médicament , «la bioéthique» sont autant de sujets qui ont été abordés en présence des médecins mais aussi des magistrats, avocats et députés. Le Conseil national de l'ordre des médecins a recensé, avons-nous appris, quelque 500 plaintes déposées au niveau de la justice contre des praticiens de la santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pour fuir des conditions de travail difficiles : 230 praticiens optent pour l’exil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour fuir des conditions de travail difficiles : 230 praticiens optent pour l’exil
» Du matériel moderne pour améliorer les conditions de travail...
» SGEN-CFDT Enquête sur les conditions de travail
» Cas particulier : conditions de travail difficiles, fatigue chronique, mutation
» Travail de groupe pour créer des dossiers complets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caradent.net :: Forum Général :: Actualité-
Sauter vers: